• Concert de l'année
  • Répertoires multiples
Gala Prix Opus | Édition 27

BACH

Voces Boreales
Andrew Gray, chef

14 juin 2023

Plus grande que nature, la cathédrale sonore du grand Bach vibre encore et toujours – plus de 270 ans après sa mort. Clef de voûte de la musique classique, son influence demeure incontournable.

Voces Boreales a offert une soirée à la fois douce et ludique, souvent imprégnée d'une grande tendresse, dont le public est sorti enchanté. Ce fut l’occasion d’entendre des œuvres de Bach, bien sûr; mais surtout d’explorer son influence et d’ainsi mettre en évidence la grande diversité des formes qu’elle revêt.

On ne pouvait manquer de souligner le souffle formel de Bach auprès du « doyen canadien de la musique chorale », Healey Willan. De même pour l’Allemand Felix Mendelssohn — celui par qui le XIXe siècle redécouvrait le « cantor de Leipzig ». Dans son Immortal Bach, le Norvégien Knut Nystedt déconstruit un simple choral plus la plus grande joie des auditeurs. Moins immédiatement évidente, l’influence sur l’Estonien Arvo Pärt ou auprès du regretté Montréalais José Evangelista. Ce fut aussi l’occasion de créer la pièce Il est fait de vent du Montréalais Louis Desjarlais, au terme de son année comme compositeur en résidence. Enfin, défi de bravoure, Voces Boreales s’attaquait à deux grands motets (en hommage à Bach) du Suédois Sven-David Sandström.