• Livre de l'année
 : 
Gala Prix Opus | Édition 25

Art + son = art sonore ?

Annelies Fryberger et Maxime McKinley (éd.), numéro de la revue Circuit, musiques contemporaines, vol. 30, n° 1, 2020
On situe l’art sonore, typiquement, quelque part entre les arts plastiques et la musique contemporaine et/ou électronique, ou entre objet et performance, sans pouvoir lui donner une place définie; il est «entre deux chaises», pour reprendre l’expression du critique musical Stefan Fricke. Cette identité floue implique une institutionnalisation complexe. Selon le point de vue adopté, on peut dire que l’art sonore fait entrer le sonore dans les arts plastiques ou, au contraire, qu’il fait entrer le visuel dans la musique. Son institutionnalisation est donc à double sens. Les festivals de musique contemporaine font de plus en plus la part belle aux installations sonores, et les musées et les galeries suivent le même mouvement — pourtant, les artistes qui réussissent à intégrer les deux circuits sont rares. Le son lui-même peut jouer des rôles différents. Ainsi, certains artistes sonores cherchent à libérer le son de l’hégémonie de la musique, tandis que d’autres incluent l’art sonore dans leur pratique de composition (musicale). — Annelies Fryberger

© 2021 Conseil québécois de la musique (CQM)
Conditions d’utilisations | Politiques de confidentialité

Conception par et