• Article de l'année
 : 
Gala Prix Opus | Édition 26
Crédit: Nadia Zheng

Verdi at the Heart of the Dictatorship : A celebrazione verdiana among Fascists

Gabrielle Prud’homme
dans Marko Köbl et Fritz Trümpi (éd.), Music and Democracy : Participatory Approaches, Bielefeld, mdwPress/Transcript, 2021, p. 107-138
Ce chapitre examine l’appropriation politique de Giuseppe Verdi en Italie fasciste à travers une étude des commémorations du quarantième anniversaire de son décès en 1941, et plus spécifiquement, à travers l’analyse d’un événement phare organisé par les autorités fascistes à l’Académie d’Italie de Rome (lieu du pouvoir intellectuel du régime).

En reconstruisant l’organisation et la réception de cette « célébration verdienne », j’ai voulu mettre en lumière les procédés par lesquels Mussolini et ses disciples ont exercé un contrôle sur les festivités, durant lesquelles s’est déployé un discours entièrement aligné sur l’agenda politique et idéologique fasciste.

Par des mises en récit combinant l’insistance sur l’image patriotique de Verdi, l’exploitation des topoi nationalistes véhiculés dans ses opéras, l’exposition de ses origines soi-disant paysannes et l’exaltation de son caractère italien, les intellectuels fascistes ont habilement cultivé un mythe verdien qui soutenait le projet politique et totalitaire du Duce.